Séchage

Le séchage est une des phases les plus critiques de ma démarche de sculpture céramique.

En effet, l’argile se rétracte considérablement au séchage, comme on peut le voir dans la nature…

Mais on oublie souvent que c’est un des soucis des potiers et céramistes dès qu’ils font des pièces un peu volumineuses ou dont les morphologies sont singulières.

En pratique, cela veut dire qu’il est très important que la sculpture sèche progressivement et dans son ensemble.
Sinon, comme on l’imagine en regardant les fissures de l’argile naturelle quand elle sèche au soleil, elle ne peut manquer de se fissurer.

En effet, l’argile sèche est dramatiquement peu ductile (elle ne peut supporter d’effort de flexion ou de traction sans se briser).

C’est pourquoi la gestion du séchage est très délicate. Pour de grandes sculptures, elle commence souvent dès le début du façonnage, en particulier quand des parties fines sont reliées à des parties plus épaisses.

Le principe de l’accompagnement du séchage est de faire en sorte que les segments qui ont tendance à sécher plus vite sont ralentis dans leur séchage en les enveloppant de protections en plastique, et en réhumidifiant avec un pulvérisateur suffisamment régulièrement pour que l’ensemble sèche à la même vitesse.
On peut aussi accélérer le séchage des parties les plus épaisses, mais je ne pratique quasiment jamais cette démarche, préférant laisser la sculpture et la nature “prendre son temps”.

Pour ma sculpture “Tour de Vie #3”, les bras des personnages étaient protégés dès le début, puisque je savais que le façonnage nécessiterait des mois de travail.

Puis vient la phase de séchage elle-même, qui demande beaucoup d’attention et de patience. Elle se déroule en lien direct avec les conditions météorologique du moment.

C’est pourquoi j’utilise les diverses ressources de ma grande surface d’atelier, surtout en été, pour profiter des conditions d’humidité particulières de telle ou telle partie des vielles maisons.

Quand les structures sont particulièrement délicates, et/ou que la résistance mécanique est essentielle (cas de Tour de Vie, dont l’étage inférieur doit supporter bien plus que 200 kg), une protection spécifique est importante.

Dans le cas où des réparations après les accidents en terre sèche ou quasi-sèche ont été faites avec de la terre humide, une protection locale est indispensable pour s’assurer que les zones qui ont été retouchées n’auront pas de contraintes mécaniques démesurées et que les forces internes seront acceptable dans la sculpture finie.

A la fin du séchage, les sculptures finissent dans le local juste attenant à mon four, car la manutention devient extrêmement délicate à cause de la fragilité de la terre sèche.

Quand les sculptures sont trop volumineuses ou trop délicates pour être raisonnablement déplacées, leur séchage doit être géré sur place, en attendant leur transport directement dans le four quand le séchage est suffisant.

Ici, une grande sculpture, qui serait plus grand que moi si elle se levait de son trône, restera dans l’atelier de façonnage jusqu’à la fin de son séchage et son passage au four. A ce jour (31/12/2020), je ne sais pas encore comment on pourra s’organiser pour l’amener, et je prie pour que sa rétractation naturelle permette de lui trouver une place suffisante.
En principe, tous les calculs sont faits pour que ça se passe bien, mais il faudra quand même être nombreux pour la déplacer et avoir une bonne étoile pour pouvoir adapter le four si la sculpture est trop grande pour son volume intérieur….